Rencontre avec Christian, co-fondateur du site Patrivia

11 septembre 2018

Cette semaine, nous partons à la rencontre de Christian Clarke de Dromantin, directeur général du site web Patrivia qui insuffle un vent de digitalisation entre les vieilles pierres de monuments qui attendent de pied ferme les amoureux du patrimoine que vous êtes ! Fondée en 2016, cette plateforme facilite la découverte de visites culturelles à proximité de notre position et permet la réservation en ligne : un service clé en main qui ouvre de nouvelles perspectives pour nos week-ends !

 

 

Bonjour Christian, pouvez-vous nous présenter votre parcours ainsi que les chemins personnel et professionnel qui vous ont conduit jusqu’à l’aventure Patrivia ?

Bonjour Camille et Margaux, je vous remercie pour vos questions.

Après un passage dans l’univers du luxe où j’ai travaillé dans l’industrie diamantaire puis l’événementiel, j’ai pu me réaliser à travers la création de Patrivia, première billetterie en ligne au service du patrimoine. Avec mon associé, Maunoir, qui a travaillé dans la finance au Luxembourg, nous avons décidé de donner du sens à ce que nous faisons pour une plus grande cause, une cause qui nous dépasse, celle du Patrimoine.

 

Quels sont les services proposés sur Patrivia et quelle valeur ajoutée souhaitez-vous offrir aux visiteurs ?

Nous proposons de réserver des billets pour des visites de châteaux, musées, monuments, parcs et jardins en France et en Belgique. La valeur ajoutée est de centraliser l’offre sur une seule et même plateforme, qui regroupe à la fois des lieux publics ou privés pour des visites gratuites ou payantes, sans contrainte géographique.

95% des 270 lieux que nous proposons sont uniquement présents sur le site patrivia.net. Vous vous géolocalisez et vous pouvez voir les lieux qui se situent autour de vous. Une fois votre visite sélectionnées, vous pouvez réserver facilement un billet en ligne.

 

© John Smith – Night tower
 

Quel accueil avez-vous reçu de la part des gestionnaires des lieux proposés à la visite ? Le site Patrivia répond-il à des besoins spécifiques partagés par ces acteurs du patrimoine ?

Lorsque l’on part du constat que 99% des châteaux et des musées ne possèdent pas de système de paiement en ligne alors que 30% des achats se réalisent en ligne dans le tourisme, on voit qu’il y a clairement un manque de digitalisation par rapport à d’autres industries !

Nous offrons l’opportunité à des gestionnaires de lieux de bénéficier d’un outil simple et efficace sans prendre de risque financier – nous nous rémunérons uniquement au résultat.

Nous avons reçu un très bon accueil de la part des gestionnaires de lieux les plus actifs ou les plus professionnalisés. Pour les autres acteurs, il y a parfois un travail pédagogique à faire en amont, pour ceux qui n’ont pas encore saisi les immenses capacités qu’offre Internet.

 

© Eugène David – Jardin
 

Comment envisagez-vous l’avenir de Patrivia ? Avez-vous déjà prévu de nouveaux projets afin de faire évoluer le site et ses services ?

La question n’est pas facile car objectivement l’univers des startups évolue très rapidement. L’environnement est extrêmement porteur en ce moment, nous savons que cela va fonctionner, mais nous ne mesurons pas encore à quelle échelle. Pour le moment, nous doublons chaque mois nos ventes. Il y a effectivement un nombre assez important de projets pour faire évoluer le site et pourquoi pas l’industrie du ticketing.

 

Pour finir, quelles visites disponibles sur Patrivia recommanderiez-vous à nos lecteurs pour le week-end prochain ?

Il nous tient à cœur de promouvoir les sites bien connus des patrimoines français et belges, mais aussi de participer à accroître la visibilité des sites méconnus. Entre les châteaux, musées, sites remarquables et jardins ouverts au public, qu’il s’agisse de lieux incontournables ou confidentiels, l’intérêt est que chaque visiteur puisse trouver un lieu qui correspond à ses attentes culturelles.

Il y a quelques châteaux qui me viennent à l’esprit comme Commarque, Goulaine, Cénevières, Virieu, Thorens ou Bonneval. Je pense aussi aux visites du Musée National Jean-Jacques Henner ou du Musée du parfum Fragonard, récemment ajoutées au site patrivia.net.
 



 

Patrivia